Forum d'aéromodélisme


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

1er vol de 50 km en France pour un drone civil opéré par RTE Ca avance dans le domaine des multirotors!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

JACKCOQ

avatar
1er vol de 50 km en France pour un drone civil opéré par RTE

RTE fait voler aujourd’hui un drone civil sur une distance de 50 kilomètres. L’objectif : inspecter et modéliser la ligne électrique à 400 000 volts reliant Saumur à Poitiers,.

C’est la première fois que la Direction générale de l’aviation civile autorise un vol d’une telle longueur, les vols de drones civils en France étant actuellement limités à 15 kilomètres pour des raisons techniques et réglementaires.
Le drone est piloté pour la première fois grâce au réseau de télécommunication 3G. Deux pilotes sont chargés de la phase de décollage et deux autres pilotes assurent la phase d’atterrissage.
Un record de distance qui illustre la politique d’innovation constante de notre entreprise, engagée depuis 2011 dans l’expérimentation des drones. Depuis 2016, RTE est devenu opérateur de drones pour ses missions d’inspections locales du réseau, de déroulage de câbles et  bientôt d’inspections longues distance. Solution d’avenir, les drones offrent l’avantage de  diminuer la pénibilité de certaines interventions sur des infrastructures d’accès difficile, de réaliser des opérations de maintenance rapides et précises, sans interrompre l’alimentation électrique.

jean-louis

avatar
Admin
Là c'est bien tant que les drones servent à ça.


___________________________________________


Le top c'est d'avoir autant d’atterrissages que de décollages .



ASW15b, ASW19, Corsair, Croaplane, Crobe, Fish, Flyer, L33 Solo, Mini Discus, Phoenix, Pilatus B4,  Polaris, Prodij HM, Spirit, Volcano, X-Race.
http://aeromodelisme.forumactif.org

JACKCOQ

avatar
Ce n'est qu'un début, demain on pourra te surveiller de près, plus rien d'impossible. Tout dépend de nos politique

JACKCOQ

avatar
[size=32]RTE prend une longueur d’avance dans l’univers des drones[/size]

Un drone opéré par RTE vient d’effectuer un vol de 50 km avec un pilotage sous liaison 3G. Une première en France, et un pas de plus dans la stratégie engagée par l’entreprise pour développer l’utilisation intelligente de ces appareils.









Il y avait du monde, ce 8 juin, à proximité de la ligne 400 kV Distré-Jumeaux, à proximité de Saumur. RTE avait en effet convié la presse à une expérimentation inédite dans l’Hexagone : le survol d’une liaison électrique par un drone guidé grâce à une liaison 3G sur une distance de 50 km. L’expérience, déjà réalisée la veille « entre techniciens », a été un franc succès. « Ce vol en “longue élongation” est une vraie première ! », s’enthousiasme Julie Duch, en charge du projet Drones de RTE . « Jamais un drone civil n’avait parcouru une telle distance, qui plus est sous liaison 3G, en bénéficiant d’une dérogation de la direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC). »



Une préparation minutieuse



L’opération a nécessité une préparation minutieuse. D’abord pour choisir le tronçon à survoler, sans contraintes aéronautiques ni zones peuplées à proximité. Ensuite pour mener à bien les études afin de valider la fiabilité de la liaison 3G sur l’ensemble du parcours. Un préalable indispensable pour obtenir le feu vert de la DGAC. Le plan de vol avait été programmé grâce à des points GPS préenregistrés dans la mémoire du drone. Ce dernier a seulement été pris en main lors du décollage et à l’atterrissage. « L’appareil était équipé d’un capteur photo de 20 mégapixels, précise Julie Duch. Grâce aux clichés réalisés, nous allons produire une ortho-photographie de la ligne. »



De l’intelligence embarquée



Ce succès ouvre surtout la voie à de multiples usages potentiels. « Ce qui fait la valeur du dispositif, c’est bien sûr la mise au point d’un appareil capable d’assurer des missions de différentes natures, mais c’est surtout l’intelligence qu’il pourra embarquer. Et, pour aller au bout de la logique, les logiciels qui nous donneront les moyens d’analyser les données recueillies et de les exploiter. » Si RTE expérimente depuis plusieurs années les drones en mode « œil déporté » (examiner les ouvrages à l’aide de caméras embarquées), l’apparition de nouveaux types de capteurs (Lidar, infrarouge, thermiques…) a décuplé l’imagination des équipes de la R&D.



"Ces technologies qui font briller les yeux sont à notre portée, et c’est une source de motivation pour tous nos salariés"



Des pistes très prometteuses



Outre l’identification plus rapide des avaries, ces drones pourraient assurer des missions de surveillance préventive en détectant automatiquement des défauts sur les ouvrages (cornière endommagée, brins de conducteurs brisés…). La télédétection par laser (Lidar) permet aussi d’envisager la modélisation en 3D des ouvrages et de leur environnement. Une fonctionnalité précieuse pour la gestion de la végétation notamment. « Certains de ces usages pourraient être très rapidement mis en œuvre, d’autres sont encore au stade de la R&D. Mais les pistes que nous explorons sont extrêmement prometteuses, en particulier pour les équipes de la Maintenance. »



« A la fin des années 90, on réfléchissait à des prototypes de robots transportés par la voie des airs pour effectuer des réparations sur nos lignes. Une vingtaine d’année plus tard, ce rêve d’ingénieur est en train de se concrétiser, mais à une échelle que nous ne soupçonnions pas à l’époque. Outre les drones en « œil déporté », qui vont être rapidement déployés à grande échelle, nous travaillons sur d’autres pistes. La « longue élongation », dès lors que seront levés les verrous techniques et réglementaires, devrait se concrétiser dans les cinq ans qui viennent. Nous étudions aussi des drones « postes » qui décolleraient automatiquement en cas d’avarie et adresseraient un rapport d’alerte détaillé à nos équipes dans les Groupements. Enfin, nous travaillons également sur un modèle plus lourd de drone « travaux », qui pourrait être manœuvré depuis le sol pour effectuer des interventions sur nos ouvrages. Une chose est sûre : cette vision futuriste n’est plus une utopie ! » Phil R,  représentant de RTE au sein du Conseil des drones civils créé par la DGAC.



Le vol en chiffres







poids du drone 2 kg







distance parcourue 50 km







vitesse moyenne 55 km/h







altitude de croisière 150 mètres







durée du vol 54 minutes

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum