Forum d'aéromodélisme


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Grunau Baby II

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Grunau Baby II le Mar 19 Juil 2016 - 15:29

JACKCOQ

avatar
Bonjour à tous,
pour FEURS 2015 nous avions montés deux Grunau Baby Ii de 6 mètres de chez BLACK HORSE.
http://aero.meilleurforum.com/t1404-les-grunau-baby-du-macb-model-air-club-du-beaujolais-ont-pris-l-air

Vidéo: Vols des Grunau entre 2,52 et 3,44

https://www.youtube.com/watch?v=7zdl4yL1hZ0
https://plus.google.com/photos/112170646228479325279/albums/5450472232702637105?banner=pwa
Il est sorti sur RC PILOTE N°152 l'article du banc d'essai.


Je vous invite à découvrir cette belle machine.
Bonne lecture
Jack



Dernière édition par JACKCOQ le Jeu 1 Sep 2016 - 15:25, édité 1 fois

2 Re: Grunau Baby II le Mar 19 Juil 2016 - 18:12

jean-louis

avatar
Admin
Effectivement très beau planeur ce Grunau Baby, et la vidéo est très sympa aussi , beaucoup de belles machines.


___________________________________________


Le top c'est d'avoir autant d’atterrissages que de décollages .



ASH26, ASW15b, ASW19, ASW27, Corsair, Crobe, Fish, Fun acro, L33 Solo, Manuréva, Phoenix, Pilatus B4, Polaris, Prodij HM, Spirit, Volcano, X-Race.
http://aeromodelisme.forumactif.org

3 Re: Grunau Baby II le Mar 19 Juil 2016 - 18:54

Bub 11

avatar


___________________________________________


4 Re: Grunau Baby II le Mer 31 Aoû 2016 - 15:00

JACKCOQ

avatar
Le GRUNAU BABY (F-CJAE) s'est envolé du Beaujolais vers les cieux de Bretagne et volera prochainement sur les pentes du MENEZ HOM.
Marc devrait en exploiter au maximum ses capacités.
http://www.rcvoiluresfixes.com/accueil/planeurs/grunau-baby-iib/

5 Re: Grunau Baby II le Mer 31 Aoû 2016 - 15:10

jean-louis

avatar
Admin
De belles pentes dans ces coins là , donc de quoi se régaler avec ce genre de planeurs.


___________________________________________


Le top c'est d'avoir autant d’atterrissages que de décollages .



ASH26, ASW15b, ASW19, ASW27, Corsair, Crobe, Fish, Fun acro, L33 Solo, Manuréva, Phoenix, Pilatus B4, Polaris, Prodij HM, Spirit, Volcano, X-Race.
http://aeromodelisme.forumactif.org

6 grunau le Lun 5 Sep 2016 - 19:38

philippe47


magnifique planeur j'adore 

JACKCOQ

avatar
Comment peut-on s’embarquer dans l’aventure d’un grand planeur Oldtimer,  pas seulement grand mais surtout volumineux ? Ce planeur d’une envergure de 6 mètres et de presque 20 kg en impose vraiment !

L’aventure GRUNAU BABY IIb de Black horse Model est fort simple. Laurent nostalgique de vieille toile et plus  particulièrement du Fauconet de son Grand-père était tenté d’en construire un de A à Z, quelque peu long et fastidieux. Convaincu de temporiser cette construction, Il s’est lancé à la  recherche d’un planeur qui pourrait être simple d’approche pour une grande machine. Une des vidéos sur la toile nous a aidé  à choisir la machine qui devrait avoir une présence sur le terrain, être bien visible en l’air, de pilotage agréable et simple.

J’étais pour ma part orienté sur un autre planeur de Black Horse le LUNAK mais ce sera pour une autre histoire. Celle-ci je vais la vivre avec Lolo, à 2 c’est franchement plus sympathique. Ce GRUNAU BABY est à « 95% ALMOST READY TO FLY »  annoncé sur la notice, pas si Ready que cela, il y a tout de même du boulot.

Nous allons vous présenter deux réalisations quelque peu différentes, celle proposée conforme au guide réalisé par Laurent et celui de votre serviteur  quelque peu modifié.

Avant de vous dévoiler ces montages, un brin d’histoire.

L’origine de la lignée GRUNAU, du précurseur ESG 31, du Baby, Baby II, IIa, IIb au Baby V Biplace et dérivés tient de l’association d’ Edmund Schneider et Wolf Hirth. Le Grunau Baby II fut construit à 1 500 exemplaires et fut l'épine dorsale du vol à voile allemand avant la guerre, il est l’ancêtre du Nord 1300 Français. Deux records : avril 1933, piloté par Kurt Schmidt, il battit le record du monde de durée avec 36 heures et 36 minutes. Puis en 1934, le record d'altitude fut battu par Hanna Reitsch en atteignant 2 200 mètres au dessus de Rio de Janeiro.

Après la guerre, plus de 4 000 exemplaires furent construits en Europe que ce soit en série ou en construction amateur. C'est sûrement le planeur le plus construit dans l'histoire de l'aviation. Qu’en à notre  Grunau Baby IIb, il   fut construits à 40 exemplaires entre 1943 et 1945 par Alexander Schleicher Segelflugzeugbau et dotés d’aérofreins.


Quelques caractéristiques :


Grandeur

Maquette

Envergure

13,57 m   

6,00 m

Longueur

6,09 m

2.74 m

Hauteur

1,38 m

0,7 m

Allongement /Corde

13

 525mm

Surface Alaire 

14,2 m²

2,8 m²

Charge Alaire Max

17,6 kg/m²

7,14  kg/m²

Poids à vide / Max

170 kg / 250 kg

16 kg sans équipement /19.6 kg pour 17,5 kg annoncé

Finesse Max / Taux de chute min

17 à 55 km/h/ 0,79 m/s

 Non mesuré

Vitesse minimum/Max

45 km/h /150kms

 Non mesuré

Train

Fixe - Patin

Fixe - Patin
















































Surprise de taille, déballage : Pour trouver ce kit quelques distributeurs hors hexagones peuvent vous le procurer, le coût du kit et du transport nous ont freiné, de ce fait nous nous nous sommes adressé à un distributeur fort sympathique MODELPASCHER.

A la réception des colis chez notre distributeur, la surprise est de taille et la on se dit que nous avons  peut être fait dans l’irraisonnable voire dans le démentiel.

Deux grosses caisses de treillis bois renfermant 2 gros cartons, une chose est sure, ça ne rentrera pas dans le monospace. Une opération de déballage partiel s’impose, non seulement pour réduire le format mais pour également vérifier l’état de l’ensemble après ce long voyage depuis le Vietnam.

Sur ce type de kit, il me parait judicieux de s’imposer l’exercice de contrôle des différents composants. Le transport peut être la principale cause de détérioration, enfoncement du revêtement, du coffrage et marquage possible du bois qui reste tendre et fragile.

C’est un déballage type poupée gigogne qui nous attend, dans les 2 cartons de nouveaux cartons. Chaque élément est calé et maintenu en place dans les colis par de la ficelle, rien ne bouge. Tous les éléments sont dans des housses de qualité qui vous serviront pour le transport. Dans ces housses d’ailes, stabilisateur et dérive encore un emballage à grosse bulle, c’est vraiment bien protégé contre les chocs et surtout l’humidité du transport en bateau. Seul bémol sur les housses des 2 bouts d’ailes, les anses de transport sont cousues du mauvais côté Bord ‘attaque au lieu de bord de fuite. Ce qui est gênant lorsque vous posez sur champ, il ya risque d’endommager le bord de fuite, faites particulièrement attention lors des manipulations.

Avec un tel volume, il faut prévoir un vaste endroit pour assembler le tout, dans la salle à manger ou ailleurs. Si vous vous faites jeter par la maitresse de maison, ce qui serait ma fois logique puisque cette activité est déjà quelque peu envahissante il ne faudrait pas abuser de leur patience et de la tolérance qu’elle nous accorde à notre loisir. Mais par ou commencer, Le fuselage est en deux parties, les ailes dans leurs housses et une multitude de petites pièces pour réaliser l’assemblage, les commandes etc. Presque tout y est présent dans ce kit, même un pilote à la bouille de SATANAS.  Il y manque tout de même les éléments radio, récepteur, les servos qu’il va falloir prévoir musclés et pour subvenir à leur consommation énergétique une POWER BOX et la double alimentation en lipo 2S. De tout ce matériel, la question que l’on se pose toujours est ce vraiment de qualité, devra t’on remplacer ou acheter en complément. On a souvent le reflexe de dire que les produits asiatiques c’est de la cochonnaille eh bien cette fois non ! Nous n’avons rien jeté ni remplacé pour raison d’élément non sécuritaire ou défectueux  ou de qualité médiocre. On peut vraiment affirmer que c’est de la bonne camelote ce kit Black Horse !

Les différents composants construits Fuselage, ailes etc de ce kit sont vraiment de très bonnes qualités de réalisation, il semblerait qu’ils soient recouverts en ORATEX ANTIQUE de teinte clair. C’est un film polyester thermo-rétractable très résistant aux accros et perforations. L’aspect produit se rapproche vraiment des entoilages de ces vieux Oldtimer.


Montage, rien de compliqué : La notice en anglais est explicite de par les nombreuses photos fournis, la traduction n’est pas nécessaire.

Il est préconisé de commencer par le montage des servos dans les ailes, ce n’est pas l’option que nous avons retenue immédiatement,  puis de passer au fuselage, de terminer par le stabilisateur et la dérive. Nous avons fait différement en commençant par le fuselage puis dérive et stabilisateur pour finir par les ailes. Les servos préconisés par le constructeur sont des HITEC  HS-5685MH de 11.3kg / 6V et 12.9 kg /7.4V, leur couple nous semblait trop faible au vu des surfaces alaires. Notre choix s’est plutôt orienter vers des servos moins onéreux de chez Hobby King de 15 kg de couple. Réf : HK15298 High Voltage Coreless Digital Servo MG/BB 66g/15kg/0.11s




Nous avons effectivement commencé par l’assemblage du fuselage, afin de nous rendre compte du volume de l’oiseau. Mais surtout pour commencer ce travail de réflexion au placement des différents éléments dans ce volumineux fuselage qui nous réserve que bien peu de place à l’intérieure, ceci est du à la construction traditionnelle couple et coffrage etc. Il nous faut impérativement limiter l’ajout de lest par un placement judicieux de la POWERBOX, des accus d’alimentation et de la réception. Ce gros volume, il faut le caler pour travailler sereinement sans abimer quoique ce soit. Laurent nous a réalisé des supports qui vont nous être utiles lors de l’assemblage des différents éléments et également au montage de l’oiseau sur le terrain.

Nous avons choisi une version quelque peu différente d’assemblage. Laurent classique comme sur la notice et pour mon compte quelques petites modifications que nous allons découvrir dans ces lignes. Laurent a suivi la notice quant au placement des différents éléments dans le fuselage, j’ai par contre apporté quelques modifications dans l’unique but de gagner du poids au global tout en renforçant quelque peu la structure.

Le fuselage est présenté dans son emballage en deux parties distinctes, un avantage pour ceux qui manquent de place au transport il est possible de le démonter à chaque sortie. Nous n’avons pas choisi cette option et de ce fait pour mon compte l’assemblage est définitif.

Trois fourreaux en carton accueillent logiquement trois tubes d’Alu de 630mn de long, mais il n’est seulement fourni que 2 tubes sur les 2 kits, pourquoi oubli ou option à convenance de l’acquéreur la est la question. Il me parait judicieux de placer le troisième, ceci afin d’encaisser les contraintes subies sur les 2 parties du fuselage, à vous donc de trouver le troisième élément de Diamètre 25 et de 620mm de longueur en Alu ou carbone ou autre. Par les deux trappes latérales  on vient fixer les deux parties du fuselage par 3 vis de Diamètre 6 en plastique (a noter qu’il faudra raccourcir la vis supérieure de 25 mm car elle vient en buter contre le fourreau arrière de la clé d’aile). Elles maintiennent le fuselage en position, très bien et déjà vu sur d’autres kits grands planeurs comme par exemple le K8b de chez PHOENIX modèle Pas de retour négatif sur le sujet, c’est il me semble un bon choix du constructeur.

Pour mon exemplaire, j’ai changé ces 2 tubes de diamètre 25 par 2 tubes de 1000mn de longueur en carbone commandé chez POLYPLAN COMPOSITES. Pourquoi ai-je fait un tel choix, pour l’alléger oui mais pas seulement ?

La structure avant du fuselage me paraissait  en contrainte avec ce montage en porte-à-faux de tous ces éléments pesants, lest, POWER BOX accus de réceptions. J’ai opté pour la création d’une platine sur les deux longerons en carbone qui supporteront tous ces éléments, les photos seront plus explicites que de longues lignes. Les charges et efforts sont ainsi transférés vers la cabane du planeur au plus prés des ailes et du centre de gravité.

Il est certain que sur ce type de planeur, nez court et fuselage arrière relativement long, le centrage devrait être quelque peu complexe avec une côte à 131mm du bord d’attaque pour une corde à 525 MM. Le jeu consiste donc à tout placer à l’avant, pas si simple si nous respectons le montage constructeur.

Les 2 servos HK de 70 g installés dans le stabilisateur pèsent plus lourd que les HITEC de 60g préconisés.

Attaquons nous à la dérive, le montage du guignol double n’est pas des plus simple, on vous propose une tige filetée de 3 avec laquelle vous devrez auto-tarauder les deux guignols. La, il faut avoir quelques doigts de plus pour y parvenir. De plus lors du serrage de l’ensemble, le coffrage de la dérive s’écrase, que faire ! J’ai opté pour le moussage polyuréthane pure et simple du bas de dérive, celui-ci devient incompressible. De même, j’ai remplacé la tige fileté de 3 pour une de 4, Laurent a conservé celle d’origine mais il a des doigts de fée.

La dérive n’est pas aisément démontable du fait que les câbles de commande aller retour sont visés côtes guignols, c’est possible mais risque d’être long et fastidieux. De plus, si vous ne la démontez pas ca ne sera pas aisé pour le transport puisque le fuselage mesure hors tout 2,74m. Avec une dérive démontable, nous y gagnions en logeabilité dans nos véhicules et surtout nous éviterons toutes détériorations lors du transport et du stockage. Mais comment réaliser un système rapide au montage et démontage ? Nous avons trouvé chez Jet Modelisme des goupilles » Béta » de diamètre 2,5 à 3mm.

L’axe de la dérive est composé d’une corde à piano de 2 sur toute la longueur, ce qui procure un montage/démontage facile, un bon guidage, et aucun jeu parasite n’est constaté.

Pour commander cette dérive, le choix d’un bon servo coupleux est judicieux, il est vrai que le GRUNAU ne fera pas du vol tranche, mais elle est fort utile sur ce planeur et les efforts sont conséquents. Dans le fuselage deux emplacements vous sont proposés, il faut tout avancer pour le centrage ne l’oublions pas.

Nous avons opté pour un SAVE Servo de 40mm, Laurent de réalisation Perso

et moi grand fainéant j’ai tout simplement commandé chez HK. Est ce nécessaire, on peut s’en passer, mais les câbles une fois bien tendus tirent quelque peu sur l’axe du servo, avec ce montage c’est le Save servo qui encaisse la traction et le servo travaille sans contrainte. Dernier élément à installer le servo du crochet de remorquage. La, il faut choisir un fort couple au moins égale au poids du planeur sinon plus, nous avons choisi un 25kg. Le pontet du système est déjà installé, c’est du costaud. Penser à ajuster la longueur de la tige initialement à 100mm en fonction du palonnier et de la course choisi du servo . Placer sur votre radio un interrupteur aisément accessible afin de larguer en urgence le câble de remorquage lors de toutes mauvaises postures de l’attelage Remorqueur/planeur. Prévoir un câble fusible de 40cm de longueur résistant à une traction d’au moins 30 à 40 kg afin de résister aux a coups sur la ligne de remorque.

Pour le fuselage, reste à monter le patin et son amortisseur. La un petit problème de perçage se présente dans l’axe prévu, une rectification simple s’impose. Pour les puristes il est possible de remplacer l’amortisseur proposé par un épais boudin de caoutchouc qui serait plus ressemblant du réel. Attention la partie inférieure du fuselage maintient en position le patin d’atterrissage. C’est trop léger, lors d’un atterrissage quelque peu en crabe ca a suffi à défoncer le fond du fuselage. Laurent a pratiqué une réparation simple des dégâts,  il a ajouté un renfort au fond du fuselage par une pièce de contreplaqué reprenant les efforts. Ne pas oublier de  fixer le tube carré de maintient des haubans d’ailes, une petite rectification à la lime s’impose afin de permettre la mise en position du tube. Le cockpit accueille SATANAS, le manche à balais, prévoir de les coller et visser.

Laurent a installé un pilote rétro fort sympathique que l’on peut se procurer chez SILENCE MODEL, ca change vraiment l’aspect de l’ensemble, un coup d’œil aux photos vous convaincront.


Le cockpit est maintenu en position par 2 vis latérales en plastiques, ce n’est pas pratique lors de toute opération dans le fuselage. Un système plus pratique et rapide serait souhaitable. Je sens que cette solution ne va pas durer, elle sera remplacer à terme par un aimant ou loquet en face avant. La mise en place du fusible dans le crochet intérieur est quelque peu fastidieuse, en prenant son temps et sans s’énerver on y arrive tout de même. On constatera lors de vols la rupture des fusibles, le tube de guidage est quelque peu coupant, prévoir de l’évaser.

 Pour les volets de Stabilisateur, sur les 2 kits des vrillages nullement symétriques ont été constatés, heureusement sans aucune influence sur le vol. Il faut simplement installer les servos coupleux dans leur logement comme indiqué sur la notice, rien de compliqué, il faut tout de même s’appliquer. Si votre choix se porte sur d’autres servos que ceux préconisé par le constructeur, faites attention à l’encombrement, Il y a de la place mais pas trop.

Pour le raccordement des servos prévoyez deux longueurs de 2,6 Mètres de câbles torsadés (TWISTED 0,5 mm2) avec côté stabilisateur des prises 6 pôles(MULTIPLEX) pour raccordement rapide et sécuritaire.

Le montage des guignols et des tiges de commandes fournis de 135mm sont aisés, rien de particulier à préciser. Les chapes à boule sont de bonne qualité. Par contre faites attention à votre sens de débattement des servos de par leur position de montage ils sont inversés. Le raccordement sur une même voie est impossible avec la POWER BOX Emcotec DPSI 2100 que nous avons installé, il faudra réaliser un mixage sur la radio et réaliser une connexion sur deux voies différentes au niveau de la BOX. Si vous voulez vous affranchir de cette problématique choisissez  un autre type de BOX. Les stabilisateurs ont pour clé seulement un tube de diamètre 12 et 345mm de long, ca parait léger mais ca n’a pas bougé durant les quelques vols réalisés. Il est toujours possible aux sceptiques de réaliser une clé de stabilisateurs supplémentaire. Le maintient en position des deux stabs est réalisé par des 4 vis CHC de 3. Les haubans sont de mon point de vue pas des plus fonctionnels mais forts esthétiques. Pour un montage démontage rapide une nouvelle fois utilisez les goupilles Béta.

Ce bel oiseau pour prendre son envol ne devra pas battre des ailes, mais tout au moins en posséder, procédons à leur installation et à leur fixation au fuselage. Le profil de ces ailes n’est pas précisé sur la notice, mais il est particulièrement creux et épais. Ce qui contribue à bien gratter, on sen rendra compte lors des vols.

Pour faire chuter notre volatile, nous avons optés pour des aérofreins électriques de 440 mn E-FLITE distribué par FLASH-RC. A noter que la pose d’aérofreins classiques nécessiterait une ouverture dans l’aile afin d’y placer le servo et sa commande. Les panneaux extrêmes d’ailes accueillent deux servos par ailerons. Il faut particulièrement être attentif au montage des servos, au positionnement des palonniers, à leur débattement et longueur afin que cela n’occasionne pas de dissymétrie de commande sinon vous risquez la torsion du volet d’aileron. Si les commandes forcent, les servos malgré leur puissance risquent la défaillance, mais surtout de surconsommer. Les ailes sont reliées au fuselage par deux tubes alu de 32 de diamètre, de longueurs différentes (1465 & 1233mm).  Une vis dans l’aile en limite le déplacement celles-ci, vous devrez raccourcir la clé d’aile la plus longue d’au moins 8 mn. Les deux tronçons extrêmes d’ailes sont reliés aux tronçons d’ailes d’emplanture par deux tubes alu de 25 de diamètre également de longueurs différentes (690 & 473mm). Le tout est maintenu en position par les mêmes vis plastiques qu’au fuselage. Des trappes visées permettent d’accéder et cacher ces vis. La encore, il aurait pu être envisagé un maintient de ces trappes par des aimants, plus rapide que les vis de 3 et surtout pas de risque de les perdre dans l’herbe au montage ou démontage. A qui ce n’est pas arrivé ce type de mésaventure, tout le monde à quatre pattes à rechercher une petite vis bien noire invisible. Le raccordement des servos sera réalisé par 3 longueurs de câbles torsadés par ailes, il vous faudra prés de 6métres de câbles. Aux extrémités vous y souderez des fiches 6 pôles (type MPX MULTIPLEX) pour un raccordement rapide et fiable. Des tubes en cartons permettent le passage de ces câbles, il faut tout de même les fixer à chaque bout sinon ils ont une tendance à glisser et s’échapper et la, galère de les réimplanter. Un élément esthétiquement indispensable à ce oltimer, les haubans reliés à chaque extrémités par de petites cornière en U visés au fuselage et sur les ailes. Attention ce point est à surveiller, le bois se matte, de ce fait le serrage ne dure pas.

Les haubans sont maintenus en position par des vis de 3 de diamètre et ce n’est pas vraiment  pratique pour le montage et démontage. De plus, le risque est que la fixation ne soit pas bien réalisée, j’en ai fait les frais dés le premier vol. Le hauban gauche s’est désolidarisé du fuselage, il est resté pendu à aile, l’angoisse, l’aile va-t-elle résister sans, eh bien oui. Pour éviter ce type de loupé, il faut utiliser également des goupilles Béta.

Pour commander ce beau planeur, nous avons respectivement installé un récepteur JETI (RX DUPLEX R12 EX) pour Laurent et un récepteur GR 24 Hott 2,4Ghz de Graupner pour le mien accompagné d’une BOX Emcotec DPSI 2100 qui vous permettra de raccorder les nombreux servos. Mais surtout pour supporter la consommation de l’ensemble des servos coupleux et fort gourmands en énergie. Il me parait indispensable et prudent d’utiliser pour des modèles de cette taille et ce poids une Box afin de fiabilisé le circuit de commande et de puissance. On ne peut pas envisager que le récepteur supporte la consommation, vous risqueriez de le détruire par des transits d’intensité trop importants. De plus, n’oubliez pas que les longueurs de fils alimentant les servos sont de belles antennes, la box réalise également un isolement galvanique et protège le récepteur des interférences. Le 2,4 Ghz  peut  être également sensible en perturbations, il vaut mieux être prévoyant et prudent en éloignant quelque peu ces éléments de commande.

Laurent a  installé la BOX dans la cabane sous les ailes et pour mon compte sur les deux longerons supplémentaires en carbone, les photos sont plus explicites. Les 2 accus Lipo 2S de 5800MA de la réception ont été placés tout devant sur une platine ou en caisson en fonction de la version retenue.

Vous me direz pourquoi autant d’énergie alors qu’il est préconisé un accu de 3000mA par le constructeur, c’est fort simple tant qu’à emporter du lest autant qu’il soit utile. Laurent à travaillé des tranches de plomb placées à l’extrémité du nez du planeur, toujours aussi flémard j’ai placé mon lest de grenaille en filet (rayon plongée) entre les accus sur la platine. Pour procéder à l’équilibrage de cet oiseau, ce n’est pas une affaire très aisée, le planeur est encombrant et lourd, Laurent nous a encore bricolé un système avec deux fausses nervures à placer de part et d ‘autre du fuselage à l’emplanture des ailes. Sur le système de centrage le point de levé à 131mm du bord d’attaque et peut être variable.  A deux et avec une grande barre l’opération devient plus aisée et précise, il sera nécessaire d’intégrer et de placer entre 2.5 et 3,5kg de plomb en fonction de l’option retenue de positionnement des équipements.


Dernière et ultime étape la déco, nous avons fait réalisé par un petit artisan (Atelier A3 à Lyon)  dégotté par olivier des lettrages à notre convenance. Nous avons consulté quelque peu Internet et comme à cette époque nous avons placé 2 lettres de par et d’autre du fuselage MACB (Model Air Club du beaujolais) Pour les immatriculations  que faire, coller celle du kit D-1079 commune à tous les kits, une personnalisation s’est naturellement  imposée. Le grand père de Laurent avait en son temps volé sur quelques exemplaires prêtés a la France, c’est tout naturellement que nous avons opté pour une immatriculation bien Frenchi! Pour le reste de la déco libre expression, mais tout de même il s’imposait le cupidon en remerciement et amour à nos compagnes. Il prend donc place en lieu et place des blasons de l’Allemagne à l’effigie d’aigle.



Eventuelle motorisation :

Afin d’être intégralement autonome lors des vols, nous avions projeté de réaliser une version électrifiée des GUNAU à l’identique des K6E Bill Hempel d’Eric & Olivier que vous avez du découvrir dans le banc d’essais Modèle Magazine N°753. A la différence des Ka6e il est nécessaire pour raison de centrage de placer les moteurs le plus en avant possible. Nous avons différé ce choix mais, c’est tout à fait envisageable avec une configuration à 2 moteurs Scorpion que nous avions projeté voir ci-dessous :

Moteur de type S4035-380 avec une Hélice 14x9.5 avec un Kv 390 et 10S Lipo= 37Vcc pour une consommation max de 80A.

ou avec une Hélice 15x8 avec un Kv 390 et 8S Lipo= 29.6Vcc pour une consommation max de 80A.

Moteur de type S4035-250 avec une Hélice 17x10 avec un Kv 250 et 11S Lipo= 40.7Vcc pour une consommation max de  70A. Une application est utilisable en ligne pour le site Scorpion.

Ces calculs sont transposables pour d’autres marques, la motorisation est à réaliser en fonction des moyens accordés au projet, tout autre choix sera également viable.

Modifications :

La question légitime que l’on peut se poser, était ce vraiment nécessaire de procéder à ces modifications sur le kit de base, en toute sincérité non. De mon expérience j’ai eu un doute sur la structure, j’ai voulu améliorer la résistance dans le temps de cette partie avant qui me paraissait fragile avec cette charge en lest et équipements. Il est évident que du bras de levier très court oblige à tout placer à l’avant. Mon montage m’a rendu la tache plus aisée et j’y ai gagné au niveau du lest d’un seul 1 kg. Le kit de base intégralement monté comme sur la notice par Laurent résiste aux sollicitations des décollages et atterrissages. Vous pouvez en toute quiétude vous lancer à son montage fort simple et rapide.


En conclusion :

Pour une vieille grande plume, c’est un kit bien réalisé, de bonne qualité qui vous apportera pleine satisfaction, plaisir sur le terrain et surtout en l’air. J’ai commencé les grandes plumes avec le K8B de PHOENIX qui est d’accès aisé en pilotage, mais avec le GRUNAU nous avons vraiment été bluffés. Je crois qu’il faut tenter l’expérience pour ce rendre compte que c’est un vrai bonheur. C’est le planeur Rétro qu’il faut posséder pour les rassemblements GPR et Rétroplane.

Pour un rassemblement Rétroplane quelques améliorations sont surement à envisager.


LE VOL :


Le premier vol a été réalisé lors du rendez vous de grands planeurs annuel et plus particulièrement à l’anniversaire décennal de FEURS  CHAMBEON les 23 &24 Mai 2015.

Le montage est réalisé en environ une quarantaine de minutes en s’appliquant à ne rien oublier. Une fois monté, je vous assure ca en impose, c’est une belle machine qu’on a envie de voir voler.

Nous avions un doute qu’en au décollage d’une telle armoire allemande, 20 Kg il faut les emmener, un gros volume qui forcement doit naturellement freiner. Quel serait le remorqueur à la hauteur, nous avons fait confiance à Philippe HAUCK et son BIDULE 116. Un grand remerciement à Philippe qui nous a concocté un remorquage rassurant afin que dés les premiers instant nous puissions être en confiance. Le minimum de puissance pour tracter ce type de planeur est un moteur de la catégorie 120CC, en dessous cela risque d’être sport et nullement sécuritaire. Il  faut éviter de mettre en danger quiconque à proximité de la zone de vol.

Pour aider au décollage, Laurent nous a réalisé des BEO solution d’ailleurs retenu sur les GRUNAU grandeur que nous plaçons nettement en avant du CG. Les vols qui ont suivis, nous ont convaincu qu’il n’était pas vraiment indispensable. Le décollage sur le patin se fait en moins de 6 mètres, vu la surface alaire est très importante d’environ 2,8 mètres carré. Il faudra tout de même penser à placer sous le patin du gros sotch d’usure. Le 1er vol a été scabreux pour mon compte, puisque le hauban gauche s’est tout de suite délogé de son emplacement avec l’angoisse de le casser à l’atterrissage.

Il a été décidé avec le Pilote du Remorqueur, d’écourter le vol et de larguer  à environ 100 mètres, une fois largué le planeur c’est placé de lui-même en ligne de vol. Grand soulagement puisque la suite, vent arrière, étape de base et finale se sont négociés sans aucun souci. Le deuxième vol a été écourté par rupture du fusible aux environs des moins de 100 mètres et de nouveau pas de mauvaise surprise sur le comportement. Il est important d’utiliser un fusible capable de résister à une 40 kg sinon vous vous exposez à une rupture prématurée en phase de montée. Le largage intempestif n’est pas toujours dans une bonne configuration et on expose donc le planeur un retour scabreux et à éventuellement l’abimer. Pour Laurent, le remorqueur de Philippe a fait merveille et hop le voilà a 400 mètre il largue et confirme, le planeur se met en ligne de vol petit correction au aileron et profondeur (quelque pourcent) et comme un bouchon il passe d’une ascendance a l’autre on dirait un lancer main les trajectoires sont pures et il n’est pas du tout vicieux. 

Les vols suivants valideront cette impression de facilité, de son pilotage agréable et sécurisant. Lors de la journée d’échanges vélivole et modélistes du 14 Juillet à FRONTENAS, tout comme à CORBAS les conditions aérologiques étaient superbes. Les GRUNAU ont pu s’exprimer, Eh oui malgré ses 20kg ca gratte bien voire très bien. Lorsqu’il y a du vent, à l’atterrissage il faut comme en grandeur caler la vitesse 1 ou 2 cran de Trim à piquer lors de la vent arrière, à  l’étape de base il ne faut pas trop s’éloigner  parce que c’est la qu’on se rend compte que c’est une armoire volante ! Le manque de finesse le fait descendre et peu avancer. Une longue finale n’est pas envisageable, il ne  pénètre pas, même si on pousse. Vous risquez comme moi de vous poser loin du point d’impact imaginé. De son importante surface, le GRUNAU monte rapidement derrière le remorqueur, soyez vigilant à maintenir votre ligne de vol pas trop haut.

Comme Laurent a pu le dire, le pilotage du GRUNAU est proche d’un lancé main en pilotage tellement il est agréable, rassurant et aisé. Mais Il faut tout de même relativiser, puisque vous avez 20kg entre les mains et de ce fait il faut voler sur des terrains avec un environnement dépourvu d’obstacle. L’atterrissage ne vous demandera pas énormément de piste puisque le GRUNAU est posé en moins de 10 mètres, par contre pour  le décollage il faut prévoir de la piste pour permettre au remorqueur de ne pas décoller à l’arrache. Et surtout en cas de problème sur l’attelage de se poser devant, passé les 50 mètres d’altitude un retour terrain ne pose guère de problème le Grunau ne chute pas terriblement, c’est rassurant. Il serait judicieux de vivre une première expérience sur un modèle de même taille mais plus léger et d’une meilleure finesse. Nous ne sommes jamais assez prudent, un entrainement et une vigilance s’impose avec de tels modèles.






Dernière édition par JACKCOQ le Mar 29 Aoû 2017 - 15:32, édité 11 fois

8 Re: Grunau Baby II le Mar 29 Aoû 2017 - 13:49

Bub 11

avatar
Belle histoire qui débute et beau planeur !!!!


___________________________________________


9 Re: Grunau Baby II le Mar 29 Aoû 2017 - 14:50

jean-louis

avatar
Admin
Superbe aventure et magnifique planeur 


___________________________________________


Le top c'est d'avoir autant d’atterrissages que de décollages .



ASH26, ASW15b, ASW19, ASW27, Corsair, Crobe, Fish, Fun acro, L33 Solo, Manuréva, Phoenix, Pilatus B4, Polaris, Prodij HM, Spirit, Volcano, X-Race.
http://aeromodelisme.forumactif.org

10 Re: Grunau Baby II le Mer 30 Aoû 2017 - 19:55

Tid

avatar
Merci pour ce partage très interressant.

11 Re: Grunau Baby II le Ven 15 Sep 2017 - 20:36

Marc


@JACKCOQ a écrit:Le GRUNAU BABY (F-CJAE) s'est envolé du Beaujolais vers les cieux de Bretagne et volera prochainement sur les pentes du MENEZ HOM.
Marc devrait en exploiter au maximum ses capacités.
http://www.rcvoiluresfixes.com/accueil/planeurs/grunau-baby-iib/
Bonjour à tous,

Contrairement au projet initial, je ne destinerai pas ce planeur au VDP, les impératifs pour sa mise en l'air en sécurité étant trop lourds (3 lanceurs confirmés minimum pour une telle machine).
Le Grunau n'a donc fait son premier vol en Bretagne que le mois dernier au cours d'une rencontre amicale dans laquelle j'ai trouvé un remorqueur adapté aux dimensions de ce gros "Baby".
C'est donc Ronan Calloch qui a permis cette première prise en main grâce à son Bidule 111 motorisé en électrique.
Grand moment pour moi qui n'avait jamais piloté une machine rétro d'une telle ampleur... Que du bonheur !

quelques photos de cette journée sont disponibles sur mon site : www.rcvoiluresfixes.com

Si quelques-uns parmi vous montent en Bretagne et volent sur le Menez Hom, qu'ils n'hésitent pas à me contacter. Ce sera un plaisir de se rencontrer, bien entendu en fonction de mes impératifs professionnels qui m'éloignent chaque semaine de ma région... D'où ce délai si long entre le rachat de ce magnifique planeur et son premier vol.

Marc

12 Re: Grunau Baby II le Sam 16 Sep 2017 - 9:20

Visage

avatar
Bonjour,
Oui superbe reportage, peut être un de mais prochain ou le C25 que j'aime bien aussi, mais peu ton le trouver au alentour des 4 m ses surtout pour le transport.

13 Re: Grunau Baby II le Sam 16 Sep 2017 - 22:52

jean-louis

avatar
Admin
Très belle machine mais effectivement très grosse


___________________________________________


Le top c'est d'avoir autant d’atterrissages que de décollages .



ASH26, ASW15b, ASW19, ASW27, Corsair, Crobe, Fish, Fun acro, L33 Solo, Manuréva, Phoenix, Pilatus B4, Polaris, Prodij HM, Spirit, Volcano, X-Race.
http://aeromodelisme.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum